Le maître-cuisinier alsacien Émile Jung s’est éteint ce lundi 27 janvier à l’âge de soixante-dix-huit ans.

Photo/DR

Le monde de la gastronomie alsacienne en deuil

Le monde de la gastronomie alsacienne est en deuil, le maître-cuisinier Émile Jung s’est éteint ce lundi 27 janvier à l’âge de soixante-dix-huit ans. Il est décédé le jour de la publication du palmarès 2020 du célèbre guide Michelin.

Une enfance dans la  » capitale des gaules « 

Il naquit le 2 avril 1941 à Masevaux dans le Haut-Rhin, il passe ensuite son enfance dans la « capitale des gaules « autrement-dit à Lyon, où il rencontre un certain Paul Bocuse. Il décide de retourner vivre en Alsace et il ouvre un hôtel-restaurant  » l’Hostellerie alsacienne  » dans la même commune où il vit le jour et il obtient sa première étoile Michelin.

Il a été le chef du restaurant  » Au Crocodile « 

Émile Jung a été le chef du restaurant  » Au Crocodile  » (trois étoiles entre 1989 et 2020) situé à Strasbourg, établissement qu’il a ouvert avec son épouse Monique en 1971, avant de passer le relais en 2009 à Philippe Bohrer. Selon le premier adjoint au maire de Strasbourg, Alain Fontanel «  C’est un très grand de la cuisine et de la gastronomie française et alsacienne qui disparaît. Un grand Monsieur aussi exquis et raffiné que sa cuisine « .

 » L’Alsace perd l’un de ses plus brillants chefs et ambassadeurs « 

 » L’Alsace perd l’un de ses plus brillants chefs et ambassadeurs. Émile Jung a contribué à la renommée et l’inventivité de la gastronomie alsacienne. Homme de transmission et généreux il nous manquera » s’est exprimé sur les réseaux sociaux, Brigitte Klinkert présidente du conseil départemental du Haut-Rhin.