Ce samedi, nous avons relaté la disparition de l’article Tomi Ungerer dans la nuit de vendredi à samedi, découvrez dans cet article ses années aux Etats-Unis.

statue-of-liberty-267949_1920.jpg

Photo ilustration : Pixabay.com

Il s’intéresse aux Etats-Unis

Il s’intéresse aux Etats-Unis et il se met à fréquenter un centre culturel américain à Strasbourg où il fit la connaissance de Willy Fischer (dirigent une agence de publicité strabourgeoise). Tomi qui l’école  l’École municipale des arts décoratifs avec en poche un  certificat d’aptitude professionnelle de dessinateur d’art section publicité. Il va ensuite de nouveau voyager en auto-stop à travers l’Europe. C’est seulement avec « soixante dollars en poche et une cantine de dessins et de manuscrits », et un visa de six mois  » d’après Tomi, qu’il débarque le 21 février 1956 à New York, dans la célèbre ville américaine, il réalise sa toute première campagne publicitaire afin de faire la promotion  des machines à calculer Burroughs. Il épouse Nancy White par la suite. Il fit aussi la connaissance d’Ursula Nordstrom (éditrice du département pour la jeunesse de Harper & Row).

Installation à New York

Tomi décide de ne pas retraverser l’Altlantique, il décide  donc de s’installer à New York au mois de mars 1957 où son activité va prendre de l’importance. Il va en profiter pour sortir son premier livre destiné aux enfants et il optient un prix du cèlèbre Spring Book Festival et il aussi  cartoonist pour des revues comme Esquire, Fortune, Harper’s Bazaar, Holiday, Life. Deux ans plus tard en 1959, il se voit décerner La médaille d’or de la Society of Illustrators de New York. La même année, il épouse cette fois-ci  Miriam Strandquest (journaliste et éditrice de journaux de mode). L’année suivante, il publit Der schönste Tag (Le plus beau jour), son premier livre satirique éditié en Europe. C’est à la School of Visual Art qu’il enseigne.  Son premier livre satirique édité en Europe par Diogenes Verlag à Zurich en 1960, intitulé Der schönste Tag (Le plus beau jour). Tomi enseigne à la School of Visual Art. L’année suivante, il publie un livre pour enfants en Europe avec pour titre Die drei Räuber (Les Trois Brigands). En 1962, c’est à Berlin que se déroule sa première exposition avec le soutien de  Willy Brandt. Ce n’est pas tout, puisqu’en 1963, a lieu à la galerie D’Arcy à Manhattan une exposition de ses peintures satiriques avec pour thème la vie des businessmen.

Tomi prend pour épouse Yvonne Wright en 1971

Tomi Ungerer doit ensuite se rendre en Chine durant le mois de mai, car il est attendu pour un reportage pour Newsweek  (un magazine d’actualité généraliste américain), seulement voilà, l’artiste est interpellé à l’aéroport. C’est en 1965, qu’il décide d’exposer 250 œuvres graphiques au sein de ’American Institute of Graphic Arts. En 1966, il publie également un livre The Party (Une soirée mondaine) où il ne s’empêche pas de critiquer la société new-yorkaise qu’il connaît depuis une dizaine d’années. En 1969, Waddell Gallery accueil des dessins de Fornicon, sur le mécanisme de la sexualité, sauf qu’elle ne rencontre pas le succès. Tomi prend pour épouse Yvonne Wright en 1971, le couple quitte les États-Unis et ils s’installent dans une presqu’ile de la Nouvelle Écosse (Canada) dans une ferme.